Aider, OUI mais à quel prix?

Mis à jour : 24 janv. 2019

Les croyances malheureuses.



Nos croyances sur nous-mêmes et le monde sont bien souvent trompeuses.

Elles nous confinent à des attitudes malheureuses.

Que l’on souffre, ou pas, il est intelligent de remettre en question notre manière de vivre.

La généralisation a un effet désastreux.

Chaque personne est unique et on ne peut se baser sur aucun livre pour juger de qui que ce soit. Tout au plus les théories nous aident à comprendre comment fonctionne notre monde et comment nous nous y impliquons positivement ou non.









Pour ce qui est des autres, laissons-les se définir eux-mêmes.

La personne qui résiste aux changements nécessaires se manipule elle-même ainsi.

Nos comportements positifs ou négatifs tentent continuellement de se justifier afin de continuer de manipuler cette marionnette que nous sommes devenus.



Ces comportements positifs ou négatifs sont nos propres bourreaux et livrent souvent, de manière très malsaine, un combat fort désagréable l'un contre l’autre.



La personne qui dit toujours NON aux portes ouvertes, justifie sa nature fermée

en se fermant à la bonté naturelle de l’autre et donc, de la Vie.

Il y a des gens qui cultivent le fait d’être des victimes. Tant qu’ils n’auront pas compris que leur destin dépend entièrement d’eux-mêmes, qu’ils n’auront pas trouvé le courage d’accepter humblement d’être aidés, ils continueront leur danse souffrante dans le monde. C’est ainsi. On ne peut rien y faire. Après quelques essais infructueux pour leur venir en aide, s’il vous plaît, éloignez-vous, de peur d’être soudain atteint par leur maladie. Le mal de la victimisation est contagieux!



Parfois, le cœur plein de poésie nous tentons de sauver les autres mais c'est en vain. Il faut savoir lâcher prise et continuer seul notre chemin! C’est ce qu'il nous reste alors de plus intelligent à faire.

Si vous vous reconnaissez comme une personne résistante aux changements,