Travailler sur soi en groupe ou rester toujours seul ?

Dernière mise à jour : 16 sept.


Je suis coach professionnel et de groupe depuis 40 ans. Après quelques thérapies de coaching, je conseille à mes amis clients de rejoindre un groupe d'appartenance basé sur l'empathie, comme une sangha spirituelle.

La raison principale est de contrer la solitude, de recréer un réseau d'amitié différent basé sur l'empathie et ainsi de nourrir et d'améliorer l'estime de soi et la confiance.


Je m'explique.


Le plus souvent, le travail sur soi fait référence au travail thérapeutique de coaching deux par deux. Il vous a fallu quelques années de recherche avant de trouver ou de tomber sur la personne et la méthode qui vous convenaient : la bonne personne pour vous, la bonne méthode pour vous, le bon rythme de séances pour vous.


Admettons, nous tous qui travaillons honnêtement sur la prise de conscience de nos affects, de nos capacités, de nos manques, de nos restrictions personnelles, de nos valeurs ainsi que de nos réticences et de nos programmations mentales, que la bonne personne pour nous, en thérapie et/ou en coaching personnel, est celle qui nous accueille tels que nous sommes avec un sourire lumineux, heureux de nous revoir, qui a de la sympathie et de l'empathie pour nous, et qui nous démontre par sa présence que nous sommes un peu comme lui, c'est-à-dire lumineux, gentil et accueillant. Même si nous déracinons courageusement les origines de nos problèmes familiaux, sociaux, amoureux, professionnels et de vie et que nous restons parfois tristes, après une séance de découvertes parfois peu glorieuses, nous sortons de nos rencontres soulagés, remplis de tendresse et avec des solutions ou des outils à exercer pour soulager notre anxiété, notre angoisse, notre chagrin ou notre manque de sens sacré à la vie et ceci pour le temps d'attente du prochain rendez-vous.


Mais quel que soit le professionnalisme de notre coach, quels que soient ses diplômes et certificats accrédités, quel que soit son cheminement spirituel, quel que soit son ressourcement normalement obligatoire, lorsque nous rentrons chez nous, cela n'a guère changé notre impression de solitude et ce malaise oppressant de sentir que nous ne sommes pas ou peu compris par notre entourage.


Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi tout semble rester pareil et parfois pire, alors que vous avez fait tant de progrès dans votre prise de conscience au fil des ans ?

Les réponses apportées par une meilleure compréhension de l'effet de résonance, de l'effet de transfert et de l'effet miroir semblent tenir la route. Car ces trois faits sont d'une importance capitale dans votre quête de sens. Et vous les vivez plus profondément dans une formation de groupe que dans une thérapie de coaching en tête-à-tête.


L'EFFET DE LA RÉSONANCE

Des chercheurs américains ont mi