top of page

jeu. 19 sept.

|

Sainte-Lucie-des-Laurentides

COEUR OUVERT

L'école l'art de vivre formule ce rendez-vous retrouvailles tous les mois de septembre. Cette année 2024, ces retrouvailles de 4 jours seront sous la thématique : initiations au coeur ouvert.. Nous aimerons nous remémorer ces grands rituels sacrés en les revivant autrement.

COEUR OUVERT
COEUR OUVERT

Date et lieu

19 sept. 2024, 18 h 00 – 22 sept. 2024, 14 h 30

Sainte-Lucie-des-Laurentides, 1905 Chem. 6e Rang, Sainte-Lucie-des-Laurentides, QC J0T 2J0, Canada

À propos de l'événement

Tu reviens nous voir.  L'amour, l'amitié est au rendez-vous. Dans cette puissante potion du coeur, nous invitons les nouvelles initiées à se présenter.  À travers elles, tu  peux revivre  tes propres grands rituels sacrés. Tu les comprends mieux et tu en nourris ta mission de vie.  Septembre est un lieu, une saison merveilleuses pour nos retrouvailles initiatiques. Comme  nous travaillerons avec le Souffle voici un extrait du livre : Rendez-vous avec soi ( par Purusha) qui en fait l'éloge.

« Au commencement, il n’y avait rien. Seul le Souffle allait et venait dans un espace ouvert et sans forme. Nulle enceinte ne l’enfermait. Aucun nom ne le désignait. Il était lui-même l’au-delà de toutes les définitions. Rien non plus ne le contrariait. Il se tenait seul, marié indissolublement à sa propre danse, à son propre mouvement. Aucune légende ne raconte pourquoi il émit soudain un son au centre de sa danse infinie. Était-ce un cri de désespoir ? Était-ce un cri de plaisir ? Était-ce un cri d’alarme ou de surprise heureuse ? Qui le saura ? Quoi qu’il en soit, le son l’arracha à son propre miroir. Alors, désenivré de lui-même, il devint écho et créa le mouvement du Deux. Le Deux engendra les cinq fils du Souffle. Les cinq fils du Souffle se nommèrent les génies ou les bouddhas. Ils devinrent les protecteurs des directions. Ils se placèrent ainsi: Le bouddha bleu de la naissance à l’Est, le bouddha rouge de la mort à l’Ouest, le bouddha jaune de l’accomplissement de soi au Nord, le bouddha vert de la vision de la vie telle qu’elle est au Sud et le dernier, le bouddha blanc intercesseur des mondes inférieurs et des mondes supérieurs au centre.

« Le son s’écrivit Om. Le O pour la force du Souffle, et le M pour l’ouverture de la matière à son contact.  Il prit place au milieu du mandala. De là, sa force créatrice engendra toutes les formes. La première fut la Terre. Elle prit place comme une enceinte au creux du cercle dessiné par la danse du Souffle. Celui-ci en devint amoureux. C’était la première fois qu’il rencontrait une autre possibilité que lui-même. Sa passion ne connut jamais de limite. Pour sa bien-aimée, il happa les ténèbres. Et le ciel devint bleu, et la lumière joua avec la forme Terre. Le Souffle nomma le Temps portier du jour et de la nuit. Puis il fit naître du centre de lui-même le Soleil, son frère, gardien des jours. Il enfanta de ses reins la Lune, sa sœur, gardienne des nuits. Il les plaça tous les deux comme vigiles au bon et au bien de sa fiancée. Une autre fois, il bondit sur l’eau sauvage et dompta les flots dévastateurs. Il circonscrivit la frontière entre la mer et la terre. Il sépara également le vivant : celui qui habitait les mers de celui qui vivait sur les terres. Il permit à chacun de poursuivre son évolution. Et la mer recela les trésors de perles et d’écailles. Et la terre berça son or dans l’eau des rivières et des torrents. Et la mer enfanta les poissons et toutes les petites bêtes qui rampent sur le sable. Et la terre donna naissance aux animaux à plumes et aux animaux à quatre pattes. Et cela rendit le Souffle heureux.

« Alors, il se glissa dans le ventre de la baleine pour mugir avec elle au milieu des eaux profondes.  Aujourd’hui encore chacun des êtres qui nagent dans les océans l’entend et l’honore. Il se cacha dans les plis de peau de l’éléphant pour se faire valoir au centre des jungles obscures.  Et les habitants des forêts denses s’en réjouissent maintenant au crépuscule des jours chargés de chaleur. Mais il fit plus encore ! Il devint le complice des oiseaux et souleva leurs ailes pour les transporter à travers les cieux infinis. Depuis tous aperçoivent les amis oiseaux traverser les continents, même dans les tempêtes et les orages. Le monde ailé partage son immense courage. Le Souffle devint également le compagnon des bêtes à quatre pattes et, depuis, par le jeu prévenant des odeurs, il assure leur survie. Enfin, il prit le parfum des fleurs et le sema par toute la chevelure de la Terre, sa fiancée, sa promise. Et le premier monde naquit. Mes parents m’ont raconté cette légende. Ils la tenaient de leurs propres clans qui l’avait entendue des origines. Moi qui te la raconte, j’ai plus de cinq cents ans, je n’ai pas oublié.

« On ne peut oublier ce genre de récit. Car il nous enseigne comment inscrire pour le mieux notre moi dans la vie, comment honorer les génies ou les bouddhas, comment s’unir à nouveau au Souffle, au Grand Esprit. Nos temples sont construits suivant le plan de cette histoire.

Laisse-moi te révéler un secret : l’âme de l’homme elle-même est faite ainsi. Quand l’homme meurt, c’est au centre de ce temple sacré que le Souffle lui offre l’ultime rendez-vous d’amour.

Billets

  • Reconnexion

    Reconnexion sacré septembre 2025, centre Kio-o

    369,65 $
    Taxe : +55,36 $ TPS et TVQ

Total

0,00 $

Partagez cet événement

bottom of page