Motivation 101 : quoi que je fasse ce n'est jamais assez, il me semble!

Plusieurs personnes portent ce jugement négatif sur elles-mêmes. En rencontre personnelle, elles racontent volontiers comment elles ont tout donné et combien cela ne semblait ni satisfaire les autres ni les satisfaire elles-mêmes.


- C'est fini de passer en deuxième, me jure Henriette! Maintenant, je pense à moi.

- Qu'on ne vienne pas me faire des reproches maintenant, raconte Georges! J'ai donné assez et vraiment quoi que je fasse, de toutes manières, cela ne sera jamais assez!

- C'est un jugement que je me porte à moi-même, déclare Carole. On dirait que j'ai cette impression continuelle de ne jamais en faire assez!


L'impression de ne jamais en faire assez est commune et ma recherche psychologique démontre que cette pensée négative sur soi relève en premier de notre tyran intérieur.

Laissez-moi vous expliquer.



Notre société admet peu l'échec. L'échec est puni par une des blessures fondamentales soit le rejet, le mépris.

Aussi, dès notre plus jeune âge, nous avons développé un surmoi idéaliste pour lequel nous devons être parfaits et surtout ne jamais faire d'erreur.


Le surmoi joue le rôle d'un saboteur personnel qui accomplit intérieurement la terrible tâche d'un tyran.


Comment posséder une bonne estime de soi, une chaleureuse confiance en soi avec un tel saboteur? Qui plus est, comment oser agir de manière à satisfaire les autres mais aussi nous-mêmes? Comment ne pas avoir besoin de l'autre pour nous gratifier toujours positivement? Et comment ne pas s'effondrer quand cela ne se produit pas ou plus?

Henriette, Georges et Carole ont du faire le point sur leurs relations avec les autres bien entendu mais surtout sur leur relation avec eux-mêmes.


Au fur et à mesure des rencontres en thérapie-coaching, ces personnes ont découvert comment leur recherche de perfection les avait épuisées et éloignées de leurs vrais besoins.


Elles ont trouvé comment la peur d'échouer s'était incrustée dans chacun de leurs gestes jusqu'à ce qu'elles doutent beaucoup d'elles-mêmes et de ce qu'elles étaient capables d'accomplir.


Elles ont compris que le tyran les avait amenées au bord d'un gouffre relationnel avec elles-mêmes et les autres nommé, dans les milieux en coaching, le syndrome de l'Imposteur. Elles ont enfin commencé à entendre et noter les compliments reçus.


Elles se sont données le droit de reprendre leurs rêves, de pardonner aux personnes qui ne les avaient pas comprises et de légitimer par elles-mêmes leurs actions en conscientisant vraiment un petit succès à la fois!


En groupe, grâce aux vécus riches en partage et accomplissements de toutes sortes, elles ont appris à s'aimer davantage et à ressentir de l'amour pour elles-mêmes. Elles ont recontacté l'estime et la confiance nécessaires à la joie et au bonheur de vivre et d'agir selon les objectifs qui leurs correspondaient.


Quand le travail sur soi va de pair avec un vrai engagement et des actions posées en conséquence du bien-être qu'on veut reconquérir, il ne peut être que découverte positive de soi-même et les autres. En coaching, on nomme ce phénomène Renaissance. Il est porteur de beaucoup de joie et de plaisir !


Cécile- Purusha Hontoy

Enseignante, yogui, auteure, conférencière,

coach professionnelle, formatrice.

Pour me rejoindre

info@ecolepurusha.com


Prochain séminaire de reconnexion avec soi

29-30-31 octobre, au centre Kio-o, à Ste Lucie des Laurentides.

https://www.ecolepurusha.com/events/reconciliation-avec-soi










14 vues0 commentaire